"Brute du quart de mille"

For 1967, the Mustang was widened by 2.7 inch to accommodate the big blocks. Although the 390 @ 325 hp engine was a step-up from the small block 289, they still didn’t have the “get-up and go” to out run the big block competition on the drag strip. That changed in April of 1968. After countless efforts by car dealer and major “gear head” Bob Tasca of Tasca Ford in Providence Rhode Island, Ford Motor Company finally introduced the 393$ Cobra Jet option in the Mustang, which included a signature black strip on the hood. The first eight were white, lightweight fastbacks, built to meet the NHRA’s (National Hot Rod Association) production minimum. The new 428 Cobra Jet featured competition-brewed 427 heads, a 735 cfm Holley 4 barrel carburetor and ram-air induction. April 1968, Hot Rod Magazine tested a stock 428 CJ Mustang GT, they ran a 13.56 second E/T at 107 mph, quoting: “the fastest regular production sedan ever built”. Factory backed 428 CJ ‘Stangs dominated their class at the ’68 NHRA Winternationals. CJ vs CJ final round went Al Joniec hitting the traps in 11.49 seconds at 120.6 mph.

Gas Ronda in action at the ’68 Winternationals

Robert J. Cuillerier 

Voitures Classiques de l’Outaouais

Collaborator

Rage du Cyclone

    La Cyclone Spoiler fut la réplique de Mercury envers la populaire Ford Torino Cobra. Avec un prix de base de 3530$ US, la Cyclone Spoiler venait très bien équipé avec le fameux moteur 429 Cobra Jet c/a air forcé de type »Ram-Air ». De plus, une longue liste d’options s’ajoutèrent à l’achat de ce bolide sans frais supplémentaire, tel qu’un aileron avant et arrière, votre choix de 6 couleurs frappantes de type »Grabber », des autocollants très évidents de pleine longueur, ensemble cadrant complet, sièges baquets, speedo de 140 milles-à-l’heure, tachomètre de 8000 révolutions/minute, transmission à 4 rapports de type Top loader avec levier Hurst, différentiel barré de neuf pouces track lock c/a engrenage 3.50-1, suspension de compétition et des pneus de grosseur G70x14.

   Pour une somme supplémentaire, le consommateur pouvait opter pour l’option Super Cobra Jet, connu sous le terme »Drag Pack ». Cette option vous donnait droit à plusieurs surprises en dessous du capot et un différentiel de neuf pouces avec engrenage de 3.91-1 traction lock ou de 4.30-1 Detroit locker. Seulement 1631 unités de la Cyclone Spoiler furent produites.

  En 1970, la revue Road Test testa la Cyclone Spoiler équipée de l’option 429 Super Cobra Jet. Ils parcoururent le 1/4 de mille en 13.98 secondes @ 102 mille-àl’heure…Quand même très raisonnable, considérant son poids de 4100 livres!

  Comme tous »muscle cars » du temps, la Cyclone Spoiler fut discontinuée en 1971, après seulement deux ans de production. Ceci étant du aux nouvelles lois politiques exigées par le gouvernement pour tous fabricants automobile et le nouveau mouvement social.

Robert J. Cuillerier

Voitures Classiques de l’Outaouais

4-4-2

4-4-2

Quatre barils, Quatre vitesses, Double échappement

 

« Sedate isn’t it » (Pas du tout endormant) fut le slogan du Oldsmobile 442 de 1967. Au prix de 184$ US, la 442 incluait sans frais supplémentaire des lattes d’aération sur le capot et comme option, le consommateur pouvait opter pour un système à ignition transistorisé et des freins avant à disque. Par la troisième année, la 422 devint le standard d’excellence pour le monde « muscle car ». Aucun de ses compétiteurs ne se portait aussi bien ou ne pouvait stopper mieux et avec ses 360 chevaux, induction à air forcée et un levier Hurst, on ne pouvait ignorer son statut « Muscle »! Même muni du moteur de base, la 442 ne cédait pas sa place sur les pistes de ¼ mile. Avec ses 400 po. cu. @350 chevaux, la 442 savait se défendre sur la rue. La revue Car and driver rapporte que la 442 équipée du 400 @ 350 chevaux à parcouru le ¼ de mile en 15.8 secondes @ 91 miles-à-l’heure.

En 1967, on cessa la production du montage  « Tri-power » (Trois carburateurs à 2 barils chaque), mais la toute puissante option W-30 (estimée humblement à 360 chevaux) avec induction à air forcée et son arbre-a-came radical étaient de retour. La revue Hot Rod à testé la 442, équipée  du W-30 avec une transmission manuelle à quatre vitesses. La bête parcouru le ¼ de mile en 13.9 secondes!

Robert J. Cuillerier

Voitures Classiques de l’Outaouais

Killer Bee

La Coronet fut de retour pour l’année 1969. Le nouveau design avait une calandre avant et une présentation arrière plus découpé et plus distingué. Les choix de moteur pour la version R/T furent le 440 à 375 chevaux et en option, le 426 Hemi à 425 chevaux. Vous pouviez aussi opter pour l’option »Track Pack ». Ceci vous donnait droit à une suspension renforcie, une transmission manuelle à 4 vitesses avec levier Hurst, un différentiel barré avec un engrenage de 3.54-1 de type »Sure Grip », un système de refroidissement à haute capacité, un ventilateur à 7 lames et un système d’allumage à double pointes connu sous le terme »Dual braker ».

Une autre version du model Coronet fut la Super-Bee (réplique de Dodge envers la très populaire Plymouth Road Runner). Tout comme la Road Runner, la Super Bee offrait au public de la performance à prix abordable. De base, la Super Bee était équipée avec un moteur 383 à 335 chevaux et 425 livres de couple. Le moteur 426 Hemi était aussi offert en option.

Le logo d’une petite abeille performante laissait sous-entendre au public que la Super Bee

était une voiture axée sur le plaisir de la performance.

 

Robert J. Cuillerier

Voitures Classiques de l’Outaouais

Fermer le Menu